Brésil : Dilma dans un dilemme…

dilma

Brésil : Dilma dans un dilemme, l’opposition en position.

Il y a quelques semaines, le Brésil a occupé le devant de l’actualité ; cette fois-ci, pas pour son admiration pour le ballon rond mais pour sa politique qui ne tourne plus rond. Aujourd’hui d’autres titres occupent le devant de la scène mais le Brésil n’a pas encore dit son dernier mot. De quoi s’agit-il réellement ?

Présentation de la situation

La grogne sociale a commencé au Brésil depuis l’organisation de la coupe du monde 2014. En effet ce n’est plus un secret de polichinelle pour personne. Les brésiliens sont mécontents de la situation économique d’alors et frustrés par les dépenses colossales du gouvernement de Dilma pour l’organisation du mondiale 2014. Au Brésil ! Être mécontent du foot ? Cela semble surréaliste et pourtant c’est vrai. Depuis, un climat délétère s’était installé dans le pays.

Début des ennuis pour Dilma  

Beaucoup avaient réclamé la tête de la personne de dilma rousseff sans y parvenir. Ce n’est que partie remise. Début mars, un autre scandale s’éclate, joignant ainsi sa voix à la triste chorale d’une série de scandales politico-médiatique qui secouaient le gouvernement. Cette fois, c’est une histoire de compte public maquillé. Un excès de maquillage n’a jamais été bon pour un mannequin, moins encore un politicien.

Dès lors, Dilma s’est défigurée et ressemble désormais à un clown public. L’opposition et la société civile se joignent au spectacle comique. L’affaire fait le tour du monde, le parlement avait voté la destitution de Dilma et l’affaire est à présent dans les mains du sénat. Doit-on craindre pour l’avenir politique de Dilma ?

Quel avenir politique pour Dilma ?

Il est évident, vu l’allure que prennent les évènements que Dilma soit déchue et qu’elle perde sa qualité du chef d’Etat. Est-ce que le sénat est prêt à déchoir Dilma de ses fonctions ? Le dénouement de cette affaire est loin d’être prévisible. Il existe néanmoins des raisons d’espérer que ce processus de destitution n’irait pas à son terme. Pourquoi ?

Ce processus ira-t-il à son terme ?

Déjà la situation économique du Brésil est mauvaise et le manque de stabilité politique dans le pays n’arrangera rien. Débuter un processus de destitution qui nécessite beaucoup de temps ne fera qu’empirer la situation et ça, les sénateurs le savent. L’épée de Damoclès est-il pourtant levée sur la tête de Dilma ? Pas sûr.

En effet pour calmer la grogne sociale et envoyer un message fort à la communauté internationale, les sénateurs peuvent décider de déchoir Dilma et de conduire le processus à son terme. L’orage n’est pas encore fini pour Dilma. Son mentor, son Boué de sauvetage(Lula) est loin de faire l’unanimité en ce moment.

Cette situation vue du Togo

Cette actualité vue du Togo est un véritable conte de fée. Nous sommes d’accord que chaque pays à sa constitution mais en Afrique, dans la plus part des pays, il y a la constitution et il y a le président. Cette constitution s’applique à tout le monde sauf au président de la république.  Nos présidents sont plénipotentiaires et sont presque intouchables. Certes, ce qui se passe au Brésil est loin d’être le signe d’une démocratie en bonne santé mais il rappelle à nos rois, pardon, à nos chefs d’Etats que « nul n’est au-dessus de la loi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *