entrepreneuriat

Togo : Entretien entrepreneuriat et Fiscalité

Togo : Entretien entrepreneuriat et Fiscalité

Après l’établissement d’une carte d’opérateur économique, beaucoup de jeune entrepreneur togolais croient être au bout de l’odyssée. En réalité, il y a encore du chemin à faire. Pour être en parfaite harmonie avec les règles fiscales par rapport au payement des impôts et taxes, ce n’est pas encore le bout du tunnel. Ce bout du tunnel est encore loin pour certains d’entre eux d’autant plus qu’ils sont sous des programmes de soutient de l’Etat avec un régime un peu particulier.  Pour s’assurer de la légalité de son entreprise et de ses activités, il faut tout simplement s’approcher des instances comme OTR ou encore les services locaux compétente en la matière.

En m’approchant de certains de ces jeunes entrepreneurs ils m’ont fait part de leurs inquiétudes. C’est inquiétudes sont diverses selon le genre de l’entreprise et selon le degré d’information du responsable de l’entreprise. Voici la transcription de quelques des questions qu’ils m’ont posé.

Moi : Bonjour Monsieur ça va ?, Etes-vous en règle avec l’OTR ?

Francis : Non, mais j’ai ma carte d’opérateur économique

Moi : Désirez-vous savoir quelque chose de particulier par rapport aux règles de fiscalité concernant votre entreprise ?

Francis : Oui, bien sûr, c’est une inquiétude à mon niveau actuellement je te serai reconnaissant si tu peux m’aider

Moi : Posez votre question s’il vous plait

Francis : J’ai fait ma carte unique de création d’entreprise le 27 mars 2014 pour le compte de l’entreprise individuelle « Bon Garri » dans le cadre du projet entrepreneurial avec des institutions de l’Etat qui soutiennent les jeunes.

Moi : Quelle est alors votre inquiétude ?

Francis : Depuis 2014, mes activités de production et transformation n’ont pas évolué et je ne me suis jamais approché des services de l’OTR pour les affaires de l’impôt me concernant.

Moi : Et maintenant ?

Francis : Actuellement, que faire pour ne pas avoir des inquiétudes pour le payement des impôts puisque je ne suis plus en activité ?

Moi : Bien noté, c’est tout ?

Francis : Non, Je voudrais savoir quelles dispositions prendre pour changer ma carte unique de création d’entreprise pour une autre activité que je veux lancer et qui n’est plus dans le cadre du projet de FAIEJ ?

Moi : Ok, bien noté. Encore quelque chose ?

Francis : Non, merci

Moi : Je pense que vous devez vous approcher de l’OTR le plus tôt que possible pour dissiper vos doutes

Notre conversation s’arrête sur ces mots de Francis.

Loin d’être un cas isolé, beaucoup de jeunes entrepreneurs sont dans la même situation que Francis.

Je résumerai ainsi la panoplie de question qu’ils m’ont posée:

« J’ai une petite boutique devant ma maison, est-ce que je dois payer moi aussi des impôts ? Si oui combien ? » Mme Xola responsable de boutique à Lomé

« A quel moment dois-je allez voir l’OTR au juste ? Est-ce avant ou après le lancement de mes activités ? » M. Koffi responsable d’entreprise à Taligbo

« J’ai une carte d’opérateur économique mais je suis une vendeuse ambulante. Dois-je aussi payer d’impôts ? » Mlle Isabelle rencontré à la foire de Yali à CERFER

« Que dois-je faire lorsque je suis en arrêt d’activités ? Dois-je aller voir OTR ? » Jean-Marie, éleveur

 

 

Mon constat personnel est ceci : Les jeunes entrepreneurs  sont mal informés par rapport aux règles régissant la fiscalité au Togo. Cependant, ils viennent de faire le premier pas, celui d’aller à la recherche de l’information. Vivement qu’ils aillent jusqu’au bout du processus

Publié par adoboeelom dans Billets, 0 commentaire
Togo : La Foire « ADJAFI » l’entrepreneuriat en marche.

Togo : La Foire « ADJAFI » l’entrepreneuriat en marche.

La cinquième édition

La cinquième édition de la Foire ADJAFI a Lomé Togo

Du 26 Aout au 12 Septembre 2016, s’est tenue à Lomé une fête foraine réunissant les acteurs du monde des affaires en général et ceux du monde des jeunes entrepreneurs en particulier. Ce rendez-vous ne s’appesantit pas seulement sur le caractère économique de la chose : il y a aussi du coaching, de l’éducation citoyenne et une récompense pour l’innovation, l’excellence et la créativité. De quoi s’agit-il concrètement ?

1. Présentation

La foire « ADJAFI » est une occasion annuelle pour les commerçants, les acteurs du monde culturel et surtout pour les entreprises en croissance au Togo de se faire connaitre par le grand public. Cette édition ; la cinquième de la foire ADJAFI s’est déroulée pratiquement sur deux semaines. Elle a aussi élargi la vision des acteurs de part et d’autres.

2.La particularité de la cinquième édition

Cette cinquième édition amène l’initiative du local vers un cadre globale, puisque l’événement réunit cette année les pays de l’UEMOA. Ainsi, l’on assiste à la participation des Nigériens, des béninois, des maliens…etc. qui se sont fait connaitre sur le marché togolais. Le site de la foire exprime cette année une diversité inouïe et ressemble donc à un melting-pot extraordinaire. Les coachings et les conférences s’inscrivent aussi dans ce cadre de la globalité.

3.La formation des entrepreneurs au rendez-vous

Les acteurs ont compris cette assertion de Mandela qui dit : « Education is the most powerful weapon which you can use to change the world » (L’équivalence en français ; l’éducation est l’arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde). Cette édition de la foire a mis les exposants et les visiteurs à l’école de la formation au sens réel du terme. Presque chaque matin, une conférence se tient à l’intérieur du site dans un cadre aménagé à cet effet. Un cadre d’échange et de partage d’ailleurs assez convivial qui rassemble les formateurs et coachs dans divers domaines d’un coté et les exposants, entrepreneurs et visiteurs de l’autre. Les institutions telles que l’Office Togolaise des Recettes (l’OTR), Fonds d’Appui aux Initiatives des Jeunes (FAIEJ) et tant d’autres ont été invitées pour la formation. Au-delà des formations, on assiste à une délégation de responsabilité performante accompagnée d’un system de « learning by doing ».

4.Un leadership exemplaire tourné vers l’avenir

L’un des objectifs de cette organisation, est la promotion des entreprises en croissance, c’est-à-dire celles des jeunes dans la majorité des cas. Les jeunes agriculteurs, communicateurs, et entrepreneurs de tout genre, bref tout ce qui concerne l’initiative des jeunes occupe une place importante lors de cette foire. Cela se traduit aussi dans la composition de l’équipe de l’organisation. 70 pourcent de l’équipe technique est jeunes, créant ainsi un partage d’expérience positif et productif. Ces faits me permettent de constater un leadership de délégation de responsabilité exceptionnelle rare chez bon nombres d’organisateur.

5.Le bilan

Cette cinquième édition de la foire ADJAFI présente un bilan satisfaisant. Malgré quelques imperfections mineures et un climat peu clément, la foire a tenu ces promesses en termes de taux de participation et dans sa quête de l’intégration en Afrique de l’Ouest.

On attend les innovations de la sixième édition. L’avenir nous dira si leur démarche s’inscrit toujours dans cette vision noble et dans le sens de la communauté pour un développement durable.

Publié par adoboeelom dans Billets, Cultures, 0 commentaire